Archives de Catégorie: Miniature

Youngtimer or not ?


Youngtimers Juillet 2014Un peu pénible cette voiture. C’est une youngtimer ou une oldtimer ? Le magazine « Yourgtimers » y répond régulièrement en excluant la Renault 16 de ses palmarès années 70. Logique : mise en marché en 1965. Mais, voilà, la Renault 16 est une voiture moderne, ergonomique, qui ne ressemble à aucune autre, avec sa forme avant-gardiste tout en conservant le chrome des années pré-plastiques (à comparer avec la Renault 30). Inclassable, autrement dit. Du coup, le numéro d’été du magazine Yougtimers est consacré à la Renault 16, représentative de la « french touch ».

Contrairement à « AutoPlus Classiques » qui ne fait pas l’effort d’un petit travail journalistique, Youngtimers fait dans le reportage. Rencontre avec un propriétaire. Témoignage. Portrait. Synthèse de l’évolution entre 1965 et 1980. Et, une nouveauté, quelques références en ligne. Les propriétaires de Renault 16 n’apprendront pas grand chose mais le contenu est bien amené, synthétique. Les autres pourront se laisser tenter en parcourant le guide d’achat, qui intègre un référentiel des couleurs…

En fin de magazine, un article sur les véhicules de la caravane du Tour de France, parmi lesquelles une Renault 16 « Europe 1 » reconstituée à partir des images d’époque, où l’on voyait Maurice Biraud haranguer la foule… Un détail amusant : le portrait de cette reconstitution est en contradiction avec un élément lu page 26, qui présente l’évolution de la Renault 16. Si vous trouvez lequel, indiquez là dans le commentaire du blog…

Publicités

Maquette 1/20è: la Renault 16 chez Union (« The Memorial Collection »)


À la toute fin de l’année 2011, la société japonaise Union a sorti une maquette au 1/20è de la Renault 16 de 1965 dans la série « The Memorial Collection ». Selon le forum ze-43eme.com, il s’agit de la réédition d’une maquette « Heller » qui aurait été l’objet d’échange entre l’éditeur et la Régie nationale des usines Renault, notamment pour les préconisations « couleur ».

La boite Heller originale.

La boite actuelle, chez Union

Renault conseillait alors 3 couleurs: gris foncé 660, rouge 717, blanc 377

Le gris foncé 660 qui n’a été disponible sur la Renault 16 qu’en 1965 et 1966 (le catalogue de ces deux années est identique) et associé à des intérieurs beige.

Gris 660 ici appliqué sur une 16 TS de 1968 (anachronique, donc)

Le rouge 717 était au catalogue Renault de 1965 à 1971. Sur la Renault 16, il est au catalogue des premières voitures commercialisées (1965 et 1966). En 1967 et 1969, il n’est plus proposé. Parenthèse en 1968; la couleur redevient disponible mais uniquement pour les modèles « Grand Luxe ». Deux ans plus tard, elle revient au catalogue pour le modèle de base (la 1150) et l’année suivante, 1971, elle peut être proposée sur tous les modèles. Cette couleur de carrosserie a été associée à des intérieurs beige (1965, 1966), tabac (1968, sur la sellerie drap de la 1150 Grand Luxe), noir (1968, sur la sellerie simili de la Grand Luxe, 1970 sur la sellerie simili de la 1150), anthracite sur les selleries drap (1970, 1971) avec la dernière année un choix complémentaire (sellerie drap couleur sable – 1971).

Rouge 717, couleur emblématique des Renault à la fin des années 60

Selon le Floride-Caravelle Club de France, le blanc 377 était au catalogue Renault de 1963 à 1968. Sur la Renault 16, il est apparu dès les premiers exemplaires, en 1965 et jusqu’en 1967.

Excellent travail sur le site du Floride-Caravelle Club de France qui présente un nuancier des couleurs Renault pendant la période de sortie de ces véhicules. On y trouvera le blanc 377 (présente photo) et le rouge 717, mais pas le gris 660. Pour accéder au nuancier, cliquer sur la photo.

Les pièces de la maquette

La carrosserie de la maquette.

Le châssis, sous la voiture

Vue d’ensemble des pièces

Renault 16 TX 1/18è OttOmobile


Le 15 juin, la société OttOmobile qui édite des miniatures au 1/18è met sur le marché 1 500 Renault 16 TX, 1977, vert algue (?). Pour 50 € environ, sur le site internet du fabricant, une miniature qui a les faveurs de la presse automobile. Lien vers le site: cliquer sur l’image.

Deux fascicules, un contenu – arnaque et vieilles guimbardes


Il y a quelques semaines, la Renault 16 était mise à l’honneur par deux collections de presse : « Le garage idéal » N° 12 du mensuel « Auto-Journal », sous titré « nos voitures mythiques du XXè siècle » et « Les classiques de l’automobile » de l’hebdomadaire « Auto-Plus » (N° 47), co-édité par Hachette. Le premier en petit format est un fascicule vendu avec le magazine, le second est une édition spécifique qui regroupe un fascicule grand format et une miniature 1/43è. Les deux fascicules, bien que de formats différents, sont identiques, au mot près. Le plus petit, celui de l’Auto-journal, reprend en plus des synthèses d’articles historiques du magazine.

À aucun moment, le lecteur potentiel n’est informé du tour de passe-passe, sauf dans les dernières pages, « l’ours » du fascicule de l’Auto-journal précise qu’il est une adaptation de l’autre document, plus grand et moins complet. Les photographies et les textes sont identiques. Les différences entre les deux documents sont purement formelles: formats, titres, collections. L’un est imprimé en Espagne, l’autre en Italie.

Évidemment, on se dit aussitôt que finalement le fascicule qui accompagne une miniature est souvent accessoire. C’est vrai. Surtout quand il réussit sur la une contradiction entre le titre « Renault 16 1968 » et la photo, un modèle postérieur à 1970… Mais, dans le cas d’Auto-Plus, ils ont même réussi à louper la miniature. Une 16 TS de 1968 qui ne dispose pas des longues portées à l’avant, le seul élément sur la face avant qui différencie ce modèle de la version 1150 existante jusqu’alors.

On peut être amateur de voitures anciennes et apprécier un travail de qualité, reconnaître à des produits de grande diffusion précision et pertinence, même dans ces collections purement « marketing » qui ont d’autant moins de valeur qu’elle s’adresse au grand public. Mais, si on peut être heureux du travail de Pierre Assouline autour des romans de Simenon ou encore de la collection « 999 » sur le design du XXè siècle, toutes les deux produites par « Le Monde », on peut douter de la clairvoyance des responsables éditoriaux de presse qui n’apportent aucun soin au contenu à ces opérations dont la première vocation est de fidéliser la clientèle.

S’il ne fallait en recommander qu’un, il est préférable de se procurer le supplément « Garage Idéal » de l’Auto-Journal, moins cher, plus complet, surtout sur la Renault 16 avec ce texte sur un essai en continu sur 40 000 kms et deux casses moteur.