Deux fascicules, un contenu – arnaque et vieilles guimbardes


Il y a quelques semaines, la Renault 16 était mise à l’honneur par deux collections de presse : "Le garage idéal" N° 12 du mensuel "Auto-Journal", sous titré "nos voitures mythiques du XXè siècle" et "Les classiques de l’automobile" de l’hebdomadaire "Auto-Plus" (N° 47), co-édité par Hachette. Le premier en petit format est un fascicule vendu avec le magazine, le second est une édition spécifique qui regroupe un fascicule grand format et une miniature 1/43è. Les deux fascicules, bien que de formats différents, sont identiques, au mot près. Le plus petit, celui de l’Auto-journal, reprend en plus des synthèses d’articles historiques du magazine.

À aucun moment, le lecteur potentiel n’est informé du tour de passe-passe, sauf dans les dernières pages, "l’ours" du fascicule de l’Auto-journal précise qu’il est une adaptation de l’autre document, plus grand et moins complet. Les photographies et les textes sont identiques. Les différences entre les deux documents sont purement formelles: formats, titres, collections. L’un est imprimé en Espagne, l’autre en Italie.

Évidemment, on se dit aussitôt que finalement le fascicule qui accompagne une miniature est souvent accessoire. C’est vrai. Surtout quand il réussit sur la une contradiction entre le titre "Renault 16 1968" et la photo, un modèle postérieur à 1970… Mais, dans le cas d’Auto-Plus, ils ont même réussi à louper la miniature. Une 16 TS de 1968 qui ne dispose pas des longues portées à l’avant, le seul élément sur la face avant qui différencie ce modèle de la version 1150 existante jusqu’alors.

On peut être amateur de voitures anciennes et apprécier un travail de qualité, reconnaître à des produits de grande diffusion précision et pertinence, même dans ces collections purement "marketing" qui ont d’autant moins de valeur qu’elle s’adresse au grand public. Mais, si on peut être heureux du travail de Pierre Assouline autour des romans de Simenon ou encore de la collection "999" sur le design du XXè siècle, toutes les deux produites par "Le Monde", on peut douter de la clairvoyance des responsables éditoriaux de presse qui n’apportent aucun soin au contenu à ces opérations dont la première vocation est de fidéliser la clientèle.

S’il ne fallait en recommander qu’un, il est préférable de se procurer le supplément "Garage Idéal" de l’Auto-Journal, moins cher, plus complet, surtout sur la Renault 16 avec ce texte sur un essai en continu sur 40 000 kms et deux casses moteur.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s